"...L'émaillage consiste à faire adhérer l'émail (une pâte de verre) sur un support métallique. L'émail a donc besoin d'un support sur lequel il viendra se fixer par fusion. Cette opération s'effectue lors de la cuisson, dans un four conçu pour l'émaillage pouvant monter jusqu'à 900° et le plus souvent, par étapes successives.

L'émail, solide homogène, isotrope (propriétés physiques identiques dans toutes les directions) chauffé, se ramollit progressivement pour se transformer en une pâte visqueuse, d'autant plus fluide que sa température est plus élevée..." Les émaux sur métaux - Dessain et Tolra

Avant d'être appliqués sur leur support métallique, les émaux sont soigneusement lavés, acidulés et broyés plusieurs fois selon le type de travail auxquels ils seront destinés afin de garantir une très bonne qualité de "venue" des couleurs lors des multiples passages au feu.


LES DIFFÉRENTES TECHNIQUES D'ÉMAILLAGE

 

1. LE CHAMPLEVÉ

C'est la technique la plus ancienne de "lever les champs". Des cavités sont creusées dans l'épaisseur du métal à l'aide de burins ou d'échoppes, mais désormais plus généralement mécaniquement. L'émail, opaque ou translucide, vient ensuite remplir ces cavités. La couleur se trouve alors cernée par le métal.

 

2. LE CLOISONNÉ

Le principe du cloisonné consiste à venir fixer sur une plaque de métal, de fines "bandelettes" de métal qui donneront la forme du motif et constituent les traits du dessin. On dépose ensuite l'émail opaque ou translucide dans les alvéoles déterminées par le motif.


3. L'ÉMAIL DE BASSE TAILLE

La plaque en métal peut être martelée gravée, ciselée, guillochée,... puis elle est recouverte d'émaux translucides ou opalescents qui laisseront apparaitre le motif de base de la plaque à travers les couleurs et permettront ainsi des jeux de transparence.


4. L'ÉMAIL PLIQUE À JOUR

Le support de base est ajouré. Le rendu final s'apparente à la technique du vitrail car on utilise généralement des émaux translucides.

 

5. L'ÉMAIL PEINT (avec ou sans fondant de finition)

Le support est recouvert d'émail blanc généralement ou de couleur. Lorsque la base est émaillée on y travaille la peinture miniature à l'aide d'oxydes métalliques mélangés à de l'huile. Une fois la peinture cuite, on peut ajouter des couches de fondant de finition (émail transparent) qui la protègeront et donneront au motif et aux couleurs un effet de profondeur.

 

6. LA GRISAILLE

Technique se rapprochant de l'émail peint. Les oxydes métalliques sont remplacés par un émail d'une consistance pâteuse, appelée le blanc Limoges qui se travaille par couches successives sur un fond émaillé noir ou d'une couleur très foncée.

 

7. LE PAILLON

Interposition de minces motifs en feuilles d'or ou d'argent ou d'une feuille complète entre deux couches d'émail.